Capturé sur Nintendo Switch (station d’accueil)

Si « Kureshin × Bokunatsu » a) a du sens et b) vous semble attrayant, et si c) vous n’avez pas déjà acheté ce jeu dans l’année depuis sa sortie au Japon, alors nous pouvons garder cette critique bien serrée : achetez ce jeu ! Pour ceux qui ne résident pas dans ce modeste nœud du diagramme de Venn, voyons si vous vous y êtes déplacé d’ici la fin de la page.

Commençons donc par la partie « donner du sens ». « Kureshin » est le nom abrégé japonais pour Crayon Shin-chan, une série manga et une sitcom animée sur une famille japonaise de deux enfants et un chien, centrée sur Shinnossuke (Shin-chan), leur espiègle de cinq ans. Il fonctionne depuis 1990 et utilise un style artistique distinctement bancal, loin des coupes de cheveux aux yeux mouillés grimaçant contre la parallaxe stroboscopique que certains anime exportés évoquent. Shin-chan passe son temps à exaspérer ses parents, à provoquer des disputes, à faire semblant, à se repentir et à se réconcilier, dans une boucle soignée d’hyperactivité bruyante et de sentimentalité heureuse.

« Bokunatsu », quant à lui, est l’abréviation de Boku no Natsuyasumi – Mes vacances d’été – une série de jeux a débuté sur PlayStation en 2000 sur un garçon passant un mois d’été dans la campagne japonaise, explorant, chassant des insectes, pêchant, dînant et prenant un bain, et laissant généralement son imagination trouver l’aventure dans un endroit sans rien trop excitant à faire. Bien que l’interminable titre Shin chan: Me and the Professor on Summer Vacation -The Endless Seven-Day Journey- ne soit pas un jeu Bokunatsu, il est développé par Millenium Kitchen, les créateurs de l’original.

Shin chan: Moi et le professeur en vacances d'été - Le voyage sans fin de sept jours - Critique - Capture d'écran 2 sur 4
Capturé sur Nintendo Switch (portable/non ancré)

C’est donc ce qui se passe ici : Shin-chan et son monde un peu fou ont explosé sur la scène dans un petit village agricole de Kumamoto. Shinnosuke trouve des courses à faire pour gagner de l’argent de poche et a du temps libre entre les repas pour explorer les routes poussiéreuses et les berges verdoyantes tandis que les chants des cigales tournent autour de lui.

Lorsque la famille Nohara arrive pour la première fois à la gare de Kumamoto, ils sont abordés par un professeur farfelu, qui leur donne un appareil photo spécial que Shinnosuke utilise pour conserver un album de son séjour. Vous n’utilisez pas l’appareil photo en tant que joueur, mais toutes vos aventures et découvertes clés, y compris les nouveaux poissons et insectes que vous avez attrapés, sont prises et ajoutées automatiquement au journal. Ce journal devient l’élément structurel central de l’histoire de vacances de Shin-chan. Chaque jour, il montre ses dernières entrées à un éditeur de journal, qui les évalue pour l’impression. La livraison du contenu de ces articles devient le principal point de progression du jeu, car augmenter suffisamment les abonnements papier permettra à Shin-chan, cinq ans, de gagner un rendez-vous avec Yoshiko, la belle étudiante universitaire en stage au journal (un Shin-chan- aspiration romantique caractéristique).

Shin chan: Moi et le professeur en vacances d'été - Le voyage sans fin de sept jours - Critique - Capture d'écran 3 sur 4
Capturé sur Nintendo Switch (station d’accueil)

L’action du jeu consiste à faire courir votre petit gamin autour de magnifiques scènes peintes à la main, présentées sous forme de panoramas stupéfiants, de chambres familiales intimes, de voies ferrées sales, etc., tous reliés par des chemins attrayants menant à des merveilles imaginaires juste au coin de la rue. De simples pressions sur les boutons rassembleront des légumes et des herbes pour le restaurant où vous séjournez, des poissons, des cultures arrosées, des figurines de combat, balancez votre filet à papillons sur des créatures, etc. La sensation est généralement bonne, mais avec quelques petits défauts. Il peut être presque impossible de discerner, par exemple, si un insecte est devant ou derrière Shin-chan du point de vue de la caméra. Cela conduit à beaucoup de bruissements infructueux du filet. Si c’était une attaque contre la montre, ce serait exaspérant, mais comme ce sont des vacances relaxantes pour un enfant d’âge préscolaire, nous avons juste fait quelques bruissements supplémentaires et avons pensé que c’était bien.

Un autre petit problème est que le fait de basculer entre des angles de caméra fixes lorsque vous vous déplacez entre les scènes peut vous faire courir dans la mauvaise direction – c’est le même problème que Resident Evil a dû gérer il y a longtemps. Les vacances sans fin de sept jours fournissent des commandes de «réservoir» sur le D-pad pour résoudre ce problème, mais conservent également un mouvement analogique libre sur le joystick gauche. En pratique, nous avons apprécié d’avoir les deux à portée de main, même si cela ne semble pas vraiment être une solution nette et ordonnée à la question.

Il y a aussi un compromis de jouabilité en faveur de l’atmosphère lorsque Shinnosuke est réduit à un point de la taille d’une fourmi dans le décor, vu de loin dans les airs, où les lumières du village forment de magnifiques constellations et les routes et pistes entrelacées et les ponts et les rivières, se dissolvant dans la nuit, accueillent les sons du clapotis de l’eau et des gazouillis des insectes. C’est un peu fastidieux de se promener, et localiser les plantes, les insectes et surtout les poissons est un peu exagéré, c’est le moins qu’on puisse dire. Mais, encore une fois, nous ne sommes pas sous pression ici, donc donner la priorité à l’ambiance rurale fascinante est justifié.

Shin chan: Moi et le professeur en vacances d'été - Le voyage sans fin de sept jours - Critique - Capture d'écran 4 sur 4
Capturé sur Nintendo Switch (portable/non ancré)

Ce que nous n’avons pas encore mentionné, cependant, c’est qu’il y a une surprise dans la manche de The Endless Seven-Day Journey. Après vous avoir lancé dans ces vacances fantastiques parfaites sans rien faire, le jeu lance une balle courbe. Ceci étant Crayon Shin-chan, « bizarre » est absolument sur la table, et les choses se passent ainsi avec le retour du professeur farfelu quelques jours plus tard. Sans en dévoiler beaucoup, l’évasion ordinaire de Boku no Natsuyasumi devient la toile de fond pour la fantaisie extravagante de kiddy. Le rythme paisible et le gameplay à basse pression sont absolument intacts, mais nous nous sommes retrouvés avec une intrigue beaucoup plus concrète et ciblée qu’auparavant.

C’est un tour intelligent pour le concept Bokunatsu et Millenium Kitchen le réussit exceptionnellement bien. Il y a une grande différence entre l’arrangement typique de Bokunatsu consistant à ne rien faire pendant un mois, mais votre vie étant changée de manière inoubliable, et les règles de la sitcom consistant à devenir aussi sauvage que vous le souhaitez, à condition que tout revienne finalement à la normale. Vous pourriez dire que la fin ici fait un peu une échappatoire pour quadriller ce cercle, mais d’une manière ou d’une autre, tout s’enclenche. Les journées sont paisibles, le soleil brille et se couche glorieusement, et il n’y a aucun souci dans le monde – mais il y a aussi un savant fou qui essaie de prendre le contrôle de la Terre. Cela ne devrait pas être possible, mais ça l’est.

En termes de présentation, The Endless Seven-Day Journey est de première classe. Les décors peints parlent d’eux-mêmes, mais les modèles 3D en cel-shaded méritent une mention. Shin-chan est dessiné dans un style qui semble impossible à faire en 3D, mais il a été réalisé en utilisant plusieurs modèles de personnages et en les retournant lorsque la position change par rapport à la caméra. Le résultat est parfaitement convaincant et cela ressemble à un autre petit miracle. La musique et la conception sonore répondent généralement au même niveau élevé – une grande partie de la musique penche davantage vers la folie de l’anime que vers le froid de la campagne, cette dernière étant mieux couverte par des sons évocateurs de la nature. Le doublage est excellent, il ressemble au dessin animé. Ce n’est pas exprimé partout, mais il y en a beaucoup – tout en japonais. (Cependant, il n’y a pas d’option de texte japonais dans cette version si vous vouliez lire.)

Conclusion

En plus de mélanger deux adresses IP japonaises classiques, Shin chan: The Endless Seven-Day Journey mélange des concepts assez contradictoires et propose quelque chose de spécial. Vous avez les aventures simples et sans direction de la curiosité d’un enfant en vacances à la campagne, mais elles sont interrompues assez soudainement par une intrigue étroitement dirigée (et complètement absurde). L’énergie loufoque de la sitcom devient rapidement le moteur et le but d’un jeu qui n’aurait pu être qu’un simple méandre sain. Donc là est la magie apaisante de journées sans fin à courir dans les champs et à voir ce qui capte l’imagination, mais aussi une lourde direction pour jouer une histoire de bout en bout, emballant l’été sans fin dans 15 à 20 heures percutantes et dynamiques. Sachant maintenant ce que sont Kureshin et Bokunatsu, si vous pensez aimer l’idée de mélanger les deux, ce jeu est très facile à recommander.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici