La première fois que nous avons un bon aperçu du personnage principal du spectaculaire Wikipedia caféiné de Baz Luhrmann, Elvis, il sort de l’ombre et monte sur une scène en Louisiane, prêt à se produire devant une foule totalement inconsciente qu’elle est sur le point d’assister au couronnement du futur roi du rock ‘n’ roll. Paré de rose des épaules aux chevilles, l’idole de 19 ans hésite, et le public, sentant le sang, le chahute. Mais alors Elvis Presley (Austin Butler) se lance dans les premières notes de ce qui deviendra son premier tube national, Bébé, jouons à la maison, et pendant qu’il ceinture et gratte, son corps vacille et pousse. Il se déplace comme foudroyé, et le courant électrique traverse toute la salle, réveillant en sursaut les jeunes femmes présentes, leur libido instantanément déclenchée par ses girations suggestives de prédicateur country.

Trop de biopics pour compter incluent un moment de naissance d’une star comme celui-ci. Mais Luhrmann, l’irrépressible aboyeur de carnaval glouton derrière Moulin Rouge et Gatsby le magnifique, met en scène la séquence avec un flair infernal qui la pousse au-delà du cliché, de la parodie, puis au-delà de cela encore, jusqu’à un paroxysme d’hystérie de dessin animé. Un coup de foudre de guitare électrique embellit la chanson, sacrifiant le réalisme historique sur l’autel de la gloire de l’arène-rock inter-époques. Et les filles ne se contentent pas de crier. Ils explosent dans une sorte de ravissement involontaire, comme possédés par l’esprit du magnétisme animal brut de Presley. Suralimentant une convention musicale dramatique, Luhrmann atteint les sommets du mythe : la montée d’un dieu de la radio en tant que révolution sexuelle d’un seul homme, libérant toute la frustration refoulée de la jeunesse américaine et réduisant de moitié l’histoire dans le processus.

Ce genre d’énergie domine Elvis. Sur le papier, le film est un passe-partout biographique pur, reliant 25 ans de points importants dans la vie et la carrière de l’artiste solo le plus vendu de tous les temps. Pourtant, Luhrmann n’est pas un comptable ou un historien de renom. Dès le début, il coupe le biopic musical en une rafale folle, caricaturant ses rythmes familiers, s’attaquant à ses obligations à travers un collage d’album de titres et de photos de foule et d’action sur écran partagé. Elvis est structuré comme une bobine de grésillement de près de trois heures. Il n’y a pas tant de scènes que de suites. Ce se déplace.

L’approche overdrive MTV de Luhrmann pourrait être aussi stratégique que pathologique. Elvis ne peut couvrir que tout le terrain dont il a besoin pour couvrir à la vitesse de l’éclair, racontant des éléments de son histoire vraie qui s’étend sur des décennies à travers l’implication et la sténographie. L’ascension vers la gloire. La bataille contre les morales scandalisées. Le contrecoup ultérieur d’Elvis compromis et ami des pasteurs, qui est essentiellement le moment Dylan-gos-electric du chanteur à l’envers. Elvis courses à travers tout cela. Pendant ce temps, la carrière du King à Hollywood est reléguée à un seul et élégant montage Technicolor. Son service à l’étranger est entièrement omis.

Dans la mesure où cette revue maximaliste de Graceland a un centre dramatique, c’est la relation initialement symbiotique, de plus en plus parasitaire, entre Elvis et son directeur infâme exploiteur, le colonel Tom Parker (Tom Hanks). Le script, un patchwork évident de brouillons de Luhrmann et d’autres, commence l’histoire avec Parker sentant la superstar à un stade embryonnaire. (Sa découverte que la voix d’un million de dollars à la radio appartient à un homme blanc est accompagnée d’un zoom hilarant sur le visage de Hanks, déguisé par un faux nez et animé par le choc et le désir d’opportunité). Parker finit par séduire Elvis dans un contrat au parc des expositions, émettant son pitch faustien au sommet d’une grande roue. Entre autres choses, il s’agit d’une histoire d’innocence perdue : un montage de nombreuses coupes croisées d’Elvis perdant sa virginité avec des plans de sa mère en train de s’inquiéter.

Ce que Parker a calculé, c’est l’immense potentiel commercial de la culture de Presley, la façon dont il a reconditionné pour un public blanc le son et les mouvements des artistes noirs qu’il écoutait dans sa jeunesse. Elvis met naturellement au premier plan cet aspect de l’histoire de la misère à la richesse du musicien, l’intégrant même dans le Marche fort tropes qu’il dynamise: Alors que le roi se pavane sur scène, Luhrmann coupe des images d’un préadolescent Presley espionnant une performance de basse-cour par Arthur « Big Boy » Crudup, un véritable prétendant au titre de père du rock ‘n’ roll. Plus tard, une séquence assemblée de manière palpitante montre Elvis marchant littéralement entre l’Amérique blanche et l’Amérique noire, chez lui sur la pelouse d’une plantation et sur Beale Street. Le film saisit la véritable menace que les conservateurs voyaient en Elvis – leur peur non seulement de sa sexualité exagérée, mais aussi de la culture noire sur laquelle il capitalisait de manière lucrative.

Tom Hanks a l'air hideux dans le rôle du colonel Tom Parker.

Parker raconte le film, insistant à plusieurs reprises sur le fait que le déclin et la mort éventuels d’Elvis étaient le produit de son dévouement inlassable à la réalisation d’un spectacle, même si ce que nous voyons met davantage le blâme sur les conseils complices et contrôlants de son manager. C’est un angle potentiellement ingénieux, pour encadrer l’histoire autour des déviations peu fiables de son méchant. Hanks, cependant, est exceptionnellement, presque incroyablement atroce dans le rôle. Le casting a du sens en théorie, militarisant la décence paternelle essentielle de notre star hollywoodienne la plus digne de confiance en une tactique de manipulation. Mais même un film aussi outrageusement augmenté ne peut pas supporter l’absurdité de la performance de Hanks, qui aggrave macabre Austin Powers maquillage avec un accent nordique de vaudeville vraiment bizarre qui ne ressemble presque pas à la façon dont le vrai homme a vraiment parlé. Hanks est tout simplement trop ridicule pour être pris au sérieux ici, et ses scènes inclinent le film de manière précaire près de la comédie à sketches.

Butler, transpirant abondamment à travers une garde-robe tournante de tenues à la mode célèbres, s’en sort mieux en tant que King. C’est une performance imprimée de la légende, toute en posture fanfaronne et pin-up, avec beaucoup plus d’attitude – et de sex-appeal – que de psychologie. Mais cela convient à un biopic avec un plus grand intérêt pour la légende sismique d’Elvis que pour qui il était vraiment sous tout le charisme de la supernova et les combinaisons blanches à paillettes. Ce Butler ne ressemble parfois pas tant à Elvis qu’un certain nombre d’actes flash-in-the-pan redevables au style de l’artiste ne font que renforcer la conception implicite de Luhrmann de l’histoire du rock comme un jeu de téléphone, déformant la voix originale à chaque nouvelle livraison ou génération.

Elvis est partout, affirme le film – une idée qu’il communique à travers une bande sonore qui ralentit et diffuse de grands succès comme « Fools Rush In », les remixant dans une série d’hymnes fantomatiques faisant écho à la conscience de la culture pop. Le directeur de Moulin Rouge a aussi, bien sûr, rempli son juke-box de gouttes d’aiguilles anachroniques, alternant hip-hop avec des reprises modernes de The King pour souligner à quel point l’acte original d’appropriation d’Elvis n’est qu’un chapitre dans le chemin sinueux de la musique populaire américaine. C’est une connexion établie avec plus de succès que les nombreuses tentatives du film pour placer Elvis dans le contexte tumultueux des dernières nouvelles du milieu du siècle. Peut-être que Hanks est vraiment là pour fortifier le Forrest Gump associations d’un scénario qui dérive périodiquement vers un poste de télévision et les assassinats qui y sont rapportés.

Après plus de deux heures de résumé supercut incessant, le film ralentit et s’essouffle. Un élément essentiel de l’histoire d’Elvis est sa partie de chute – ces dernières années ignobles à Vegas, lorsque l’homme a manqué de retours, est devenu accro aux pilules et est devenu prisonnier de sa résidence au casino et de l’étau que Parker avait sur son portefeuille. C’est là que l’intrigue doit aller, mais en dramatisant consciencieusement le dernier acte de cette vie, Luhrmann aspire tout l’enthousiasme de l’homme sauvage de son matériel. L’acte final est une chute laborieuse dans une conclusion tragiquement annoncée, couronnée par des images d’archives obligatoires.

ELVIS de Baz Luhrmann | Bande-annonce officielle 2

Là où ça prend vie, avant ça, c’est sur scène. Ici, l’approximation sensuelle d’une fête costumée de Butler d’un luminaire se marie avec l’agitation d’une seconde de Luhrmann pour produire quelque chose comme un monument à la mythologie d’Elvis. Le film se débrouille, pendant une grande partie de sa durée gonflée, sur la rêverie extatique et téméraire de son sens du spectacle – la façon dont il canalise la présence scénique du roi à travers une ruée haletante d’images et de sons, essayant d’entraîner le public dans le même frénésie qu’Elvis inspira dans sa propre vie. Comment, pari Luhrmann, pouvons-nous mesurer la vie de cette figure monumentale et déstabilisatrice à travers autre chose qu’une extravagance vertigineuse ? Ici et là, l’excès de sa vision porte ses fruits, passant d’épuisant à grisant.

Elvis ouvre dans les salles partout le vendredi 24 juin. Pour plus de critiques et d’écrits par AA Dowd, visitez son Page d’auteur.

Recommandations des éditeurs






LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici